Charlotte Grégoire

Charlotte Gregoire

Réalisatrice

Charlotte Grégoire, née en Belgique en 1975, étudie la musique, la danse, l’anthropologie visuelle et le documentaire. Licenciée en anthropologie à l’ULB et postgraduée en anthropologie visuelle de l’Université de Manchester, elle travaille comme réalisatrice pour Odyssée productions. Elle signe son premier documentaire en 2001 André et Nandi et enchaîne avec une série de courts métrages. Elle entame une collaboration avec Anne Schiltz autour de la réalisation de Charges communes sélectionné lors du FIFF 2012 puis de Bureau de chômage en 2015.

En savoir plus (site de Cinergie)

En savoir plus (Laplateforme.be)

 

Charlotte Gregoire - Filmographie

2015 : bureau de chômage (documentaire - 75 min)

(Co-réalisation avec Anne Schiltz - scénario)

Une administration, des bureaux cloisonnés, des personnes assises en vis-à-vis. D’un côté de la table, des chômeurs. De l’autre, des contrôleurs. L’enjeu des entretiens : le maintien des allocations de chômage. S’y opposent la rigidité de la procédure à la singularité des hommes et des femmes qui y sont soumis. La vie, leur vie, est un tissu d’histoires. Le film interroge le sens du travail aujourd’hui, et ce, dans un monde où l’emploi est de plus en plus précaire, où l’insécurité des travailleurs et des chômeurs est de plus en plus grande, où le modèle de l’Etat-Providence se réduit comme peau de chagrin.

Voir le film (Laplateforme.be)

En savoir plus (Eklektik Productions)

 

2012 : Charges communes (documentaire - 84 min)

(Co-réalisation avec Anne Schiltz)

Bucarest, un bloc, ses habitants, des instantanés de vie collective, des moments intimes partagés avec nous. Vingt ans après la chute du régime de Ceausescu et en pleine crise économique, les protagonistes du film débordent d'une infatigable volonté de vivre, nous livrent des regards singuliers, souvent drôles et touchants sur leur vie, leur ville et leur pays.

Voisins, ils s'organisent pour pourvoir aux charges communes liées au bloc, à l'électricité, l'eau et le gaz. Concitoyens, ils portent et transmettent des vécus communs, tributaires d'une certaine histoire européenne.

2010 : Méandres (fiction - 35 min)

(Réalisation - scénario)

Dans un lieu confiné, une danseuse éveille par tâtonnements une matière chorégraphique qu’elle inscrit dans l’espace et qu’elle apprivoise peu à peu. Jouant sur des contre-pieds formels et une fragmentation du temps, le film pose un regard frontal, complice, et silencieux sur ce corps en mouvement. Méandres raconte l’expérience fragile et obstinée, éphémère et quasi indicible du processus de création - de l’esquisse à la représentation.

En savoir plus (AJC)

2009 : Kitchen à NY, les coulisses de la cuisine transportable (documentaire - 10 min)

(Réalisation)

La réalisatrice accompagne cette sculpture vivante, qui se monte et se démonte, s’emballe et se déballe, se porte, s’emporte et se transporte.

2008 : Novembre dans mon quartier – instants documentaires (documentaire - 4 x 8 min)

2007 : Stam - Nous restons là (documentaire - 54 min)

Deux réalisatrices vont à la rencontre de Ruth et Natalia, deux jeunes femmes roumaines qui ont grandi dans le village de Mãlâncrav, en Transylvanie. L’une est tsigane, l’autre saxonne; l’une a quitté le village, l’autre y est restée, et a priori rien ne les unit, si ce n’est leur relation complice et amicale d’anciennes voisines. Les contradictions liées à leur relation sont suggérées au fil du film, conçu comme un récit où se trouve peu à peu questionnées, en filigrane, les notions d’appartenance sociale et ethnique, d’argent, de ruralité, d’exode et d’enracinement...

2001 : André et Nandi (documentaire - 25 min)

(Co-réalisation avec Anne Schiltz - scénario)

Une administration, des bureaux cloisonnés, des personnes assises en vis-à-vis. D’un côté de la table, des chômeurs. De l’autre, des contrôleurs. L’enjeu des entretiens : le maintien des allocations de chômage. S’y opposent la rigidité de la procédure à la singularité des hommes et des femmes qui y sont soumis. La vie, leur vie, est un tissu d’histoires. Le film interroge le sens du travail aujourd’hui, et ce, dans un monde où l’emploi est de plus en plus précaire, où l’insécurité des travailleurs et des chômeurs est de plus en plus grande, où le modèle de l’Etat-Providence se réduit comme peau de chagrin.

Voir le film (Laplateforme.be)

En savoir plus (Eklektik Productions)