Marc-Henri Wajnberg

Marc-Henri Wajnberg

Scénariste, réalisateur, producteur, comédien

Marc-Henri Wajnberg, né à Bruxelles, a effectué ses études de cinéma à l'INSAS, Institut National Supérieur des Arts du spectacle et des techniques de diffusions. Riche d'idées et de nouveaux concepts, il multiplie ses créations audiovisuelles, notamment avec Clapman, une série de 1200 shorts de 8 secondes qui seront diffusés quotidiennement dans plus de 50 pays. En 1993, il réalise son premier long-métrage, Just Friends, qui nous plonge dans le milieu musical du jazz, à Anvers en 1959, à travers un saxophoniste talentueux rêvant de faire carrière à New-York. Just Friends a emballé la critique par sa recherche esthétique et le jeu de ses interprètes (Josse de Pauw, Sylvia Milhaud, Ann Gisel Glass, Charles Berling). Il réalise le court-métrage Le Réveil en 1996, récompensé par le Rail d'Or à Cannes et dans lequel il met en scène un magistral Jean-Claude Dreyfus se réveillant chaque matin au moyen de mille mécanismes ingénieux. Sa curiosité et son intérêt pour l'art et l'histoire le mènent également à se consacrer à la réalisation de documentaires de création, tels que Evgueny Khaldei, photographe sous Staline en 1997, où il part à la rencontre de cet émouvant photographe de guerre. En 2001, il réalise Oscar Niemeyer, un architecte engagé dans le siècle, un témoignage sur l'architecte le plus prolifique du 20ème siècle. Au cours des années 2000, Marc-Henri Wajnberg développe de nombreux projets. Il conçoit et produit une collection 33 documentaires pour Arte, Kaléidoscope, regards sur un cadre de vie, dont il réalise quatre épisodes. Dans chaque numéro, Kaléidoscope – le guide – choisit un lieu de vie singulier, public ou privé, en Europe ou ailleurs, et le décline en une succession de regards fragmentés. Il collabore au développement et coproduit Five Obstructions, long-métrage documentaire de Lars von Trier et Joergen Leth. Un film de recherche où les idées préconçues et les opinions des deux hommes seront continuellement remises en question. En 2009, Marc-Henri Wajnberg produit une collection de 5 documentaires tournés en République Démocratique du Congo, La Terre, Des Hommes. Dans le cadre des 50 ans d'Indépendance de l'Afrique, il réalise Portrait de Kinshasa pour la série de webdocumentaires d'Arte. De cette rencontre avec Kinshasa et ses habitants, Marc-Henri Wajnberg fait naître son second long-métrage, Kinshasa Kids. Une fiction mêlée au style documentaire qui raconte l'histoire de 8 enfants des rues en quête d'une vie meilleure dans une Kinshasa bouillonnante qui peine encore à se reconstruire. Marc-Henri Wajnberg a été Professeur à l’école de cinéma à l’ERG (Bruxelles) en 1987 et à l’école de cinéma de San Antonio de Los Banos (EICTV), Cuba, en 1994 et 2012. Il a été Président de Centre du Film sur l’Art de 2003 à 2006 et est membre de la Commission Cinéma de la Fédération Wallonie Bruxelles.

En savoir plus (site de Cinergie)

 

Marc- Henri Wajnberg Filmographie

2014 : Enfants sorciers, Kinshasa (documentaire - 52 min)

(Réalisation)

Enfants Sorciers, Kinshasa dresse le portrait d’un groupe d’enfants, entre 9 et 12 ans, tous accusés de sorcellerie par leurs familles. Envoyés dans les églises du « Réveil », qui pullulent à Kinshasa, ils sont torturés psychologiquement et physiquement, par des Pasteurs sans scrupule, pour « éliminer le diable qui se cache en eux ». Mais une fois ‘délivrés’, ces enfants ne seront jamais considérés par leurs familles comme complètement sauvés et ils finissent dans les rues de Kinshasa.

Face à l’avenir sombre qui se profile devant eux, dans cette mégapole sans foi ni loi, les enfants que nous suivons montrent une énergie hors du commun. La musique apparaît clairement comme une échappatoire vitale, elle agit comme un baume merveilleux.

En savoir plus (Wajnbrosse)

2012 : Kinshasa Kids (fiction - 85 min)

(Réalisation - scénario)

Kinshasa, Congo. Huit enfants des rues, considérés comme sorciers par leurs familles, montent un groupe de musique pour déjouer leur sort et reprendre le contrôle de leurs vies. Aidés par Bebson, musicien allumé qui s’improvise manager, ils feront vibrer Kinshasa !

En savoir plus (Wajnbrosse)

2010 : La terre, des hommes (collection télévisuelle - 5 x 26 min)

(Une collection télévisuelle proposée par Marc-Henri Wajnberg et réalisée par : Gerry Meaudre, Dominique Guerrier, Anne Lévy-Morelle, Ronnie Ramirez, Paul-Jean Vranken)

Du monde occidental aux étendues du Congo, une rencontre entre deux êtres que tout sépare sauf leur amour de la terre…

La Terre, des Hommes est une collection de films de 26 minutes où se rencontrent, dans chaque épisode, un agriculteur belge (ou un forestier, un éleveur, un responsable des eaux) avec un Congolais qui pratique le même métier. La Terre, des Hommes donne la parole aux hommes et aux femmes, en Europe comme au Congo, qui vivent leurs métiers avec passion et parfois difficulté. Nous voyons qu’au-delà des coutumes et des traditions, ils sont préoccupés par les mêmes questions et sont poussés par la même envie de communiquer et d’apprendre.

En savoir plus (Wajnbrosse)

2008 : La Ligne (série d'animation - 1200 x 11 sec)

(Réalisation)

1200 variations humoristiques sur la vie d'une petite ligne en courtes séquences de 11 secondes.

En savoir plus (Wajnbrosse)

 

2002-2006 : Kaleidoscope, regards sur un cadre de vie (collection télévisuelle - 33 x 26 min)

(Réalisation avec Rogier Van Eck)

Bien sûr il y a toujours des murs, des rues, des meubles, des objets et des gens… Bien sûr on construit, on casse, on déménage, et on recommence, ici comme partout… Et pourtant, ici ou ailleurs c’est pas pareil. Ici c’est chez nous et là c’est chez eux. Chacun fait selon sa culture et son passé.

Regarder son cadre de vie ça s’apprend aussi. Et pour cette éducation là, un kaléidoscope, ça se révèle très malicieux : ça découpe les lieux les plus communs en tranches de vie, ça organise des petits émincés de regards et ça fait briller des lamelles de particulier. Par quartiers, par galeries marchandes, par usines, à bord d’un paquebot, dans un village polaire, dans une école ou un hôpital, dans une friche industrielle ou dans un site touristique, chacun pense son monde et organise son territoire… C’est ainsi que les hommes vivent.

Kaléidoscope, regards sur un cadre de vie est une collection télévisuelle de 33 X 26 minutes dont l’ambition est de nous rendre attentifs aux lieux de notre vie quotidienne. Il en raconte leurs histoires et leurs transformations continues.

D’épisode en épisode, Kaléidoscope, regards sur un cadre de vie voyage à travers l’Europe et le monde et raconte la variation de nos modes de vie. Nous passons d’un paquebot à une prison, d’une communauté alternative à un kibboutz, de l’aménagement d’une friche industrielle à la réhabilitation d’un village, de jardins ouvriers à un centre de réfugiés, d’une université à une oasis... C’est ainsi que Kaléidoscope, regards sur un cadre de vie pose une caméra de l’extrême ouest de l’Europe (les îles d’Aran) à l’extrême est de l’Eurasie (Vladivostok).

En savoir plus (Wajnbrosse)

2000 : Oscar Niemeyer. Un architecte engagé dans le siècle (documentaire - 60 min)

(Réalisation - scénario)

C’est un film sur l’architecte le plus prolifique du 20e siècle. L’un des créateurs de Brasilia. C’est le témoignage d’un artiste qui, jusqu'à sa mort, a cru en l’idéal socialiste. C’est l’histoire d’un homme qui aime les femmes. C'est l’aventure d’une personnalité exigeante, exilée en France sous la dictature militaire brésilienne qui toute sa vie s’est battue pour son pays.

En l'an 2000, à 92 ans, Oscar Niemeyer nous reçoit chez lui, à Rio de Janeiro. Il nous parle du Brésil bien sûr, mais aussi de la France, de Kubitschek, de Le Corbusier, de Fidel Castro, de Malraux … Il nous raconte sa vie dédiée à l’architecture dans un siècle bouleversé par les idéologies politiques et les mouvements artistiques.

En savoir plus (Wajnbrosse)

1999 : Le tour du monde en 80 bières (documentaire - 60 minutes)

(Réalisation)

Frère Georges, une sommité dans le domaine de la bière, a voyagé toute sa vie pour tester les bières du monde entier. Il revient au pays pour goûter durant une conférence prestigieuse, 80 bières sélectionnées.

Il sera aidé, lors de ce défi, par un petit génie de la bière, cocasse et ludique...

En savoir plus (Wajnbrosse)

1997 : Evgueni Khaldei, photographe sous Staline (documentaire - 64 min)

(Réalisation - scénario)

Né en Ukraine en 1917, avec la révolution, Khaldei s'initie tout seul à la photographie en se fabriquant une optique d'appareil photo avec les lunettes de sa grand-mère.

La guerre éclate et Evgueni devient photographe de guerre. Il fait partie de l'armée du maréchal Joukov, dont il devient l'ami, et participe à la libération de Berlin. Il photographie la prise du Reichstag, photo symbole.

Sa renommée lui permet d’approcher Staline, il devient son photographe officiel et l'accompagne à Potsdam. Il sera aussi présent à Nuremberg, et aux accords de Paris. Il travaille pour l'agence Tass et pour la Pravda. Ses photos font la une des journaux.

L'antisémitisme latent refait surface, il y a l'affaire des médecins de Staline, les purges. Il est éjecté de Tass, puis on interdit aux juifs de travailler pour la Pravda. Khaldei voit sa photo symbole du Reichstag faire le tour du monde, tandis qu’il vit humblement dans un minuscule appartement de Moscou.

Evgueni Khaldei, photographe sous Staline est le seul documentaire existant sur la vie du plus important photographe soviétique du XXe siècle.

En savoir plus (Wajnbrosse)

1996 : Le réveil (fiction - 7 min)

(Réalisation - scénario - délégué de production)

Chaque matin, Robert doit se lever, c’est une question de vie ou de mort… Il a donc imaginé mille mécanismes ingénieux qui vont l’obliger à sortir de son lit.

En savoir plus (Wajnbrosse)

1992 : Just Friends (fiction - 96 min)

(Réalisateur)

Anvers, 1959. Jack, doit travailler aux docks afin d’assurer sa survie. Son rêve est de partir à New York, la Mecque du jazz, afin de se confronter à ses maîtres, les grands musiciens noirs américains. Mais ce rêve nécessite de l’argent. Le groupe de Jack, les Bop Friends, se produit dans des tea rooms débilitants ou au sein du big band de Mickey Bunner. André, l’ami sculpteur de Jack, dont les expériences avant-gardistes lui valent l’ire de ses voisins et le mépris de l’académie, rencontre Lucy et se lance à sa conquête. Mais c’est déjà pour Jack qu’elle vibre. L’amour s’installe entre Jack et Lucy, mais Jackn’a qu’une pensée, qu’un désir, toujours le même et toujours insatisfait : rejoindre New York, sa scène musicale, ses musiciens légendaires. Où trouver les dollars qui lui font si cruellement défaut ?

En savoir plus (Wajnbrosse)

1991 : Monsieur Almaniak (série de courts métrages - 365 x 50 sec)

(Réalisation)

Mr. Almaniak est une série de 365 films courts de 50 sec. mélangeant action live et animation à la palette graphique. A chaque jour de l’année correspond un film particulier qui présente les grands événements qui se sont déroulés ce jour-là depuis la naissance du calendrier… en 42 avant Jésus-Christ, jusqu’à nos jours. Chaque jour donc, trois événements majeurs, et un non-événement badin, se rapportant toujours à la même famille : les Cassoulet.

En savoir plus (Wajnbrosse)

1989 : Wolinski (série de courts métrages - 40 x 20 sec)

(Réalisation)

Une série de 40 dessins animés drôles et sexy inspirée des dessins de Georges Wolinski sur le thème du sexe et des relations homme-femme.

En savoir plus (Wajnbrosse)

 

1983 : Clapman (série de courts métrages - 1200 x 8 sec)

(Réalisation)

A la vitesse de l'éclair, c’est-à-dire en courtes séquences de 8 secondes, Marc-Henri Wajnberg réalisateur, scénariste et acteur de la série, crée un univers fou, celui du Clapman qui gaffe toujours.

En savoir plus (Wajnbrosse)

 

1983 : Fume c'est du belge (série de courts métrages - 1200 x 8 sec)

(Réalisation avec Eric Angelini)

On a posé des questions aux gens dans les rues, mais les réponses ont été interchangées...

En savoir plus (Wajnbrosse)

1978 : Heureux comme un bébé dans l’eau (documentaire - 48 min)

(Réalisation avec Alexandre Wajnberg)

Heureux comme un bébé dans l’eau, c’est l’histoire de la naissance sans violence de Benoit. Son pemier cri, son premier bain, sa première tétée.

Des médecins, chercheurs, sociologues, expliquent les fondements de leur pratique, l’importance des premiers moments.

L’on y redécouvre enfin la maternité, mais cette fois, AUSSI du côté des bébés. Ils nous parlent: c’est à travers leurs yeux, leurs mains, leurs gestes que l’on peut entrevoir une vie qui commence … autrement … autrement bien.

En savoir plus (Wajnbrosse)