Détail d'une actualité

4 coproductions belges soutenues par Eurimages en 2019

4 coproductions belges soutenues par Eurimages en mars 2019

La 154e réunion du Comité de Direction d’Eurimages s’est tenue à Bucarest du 12 au 15 mars 2019

Après examen des projets de coproduction, le Comité de Direction d’Eurimages, réuni du 12 au 15 mars 2019 à Bucarest pour sa 154e réunion, a décidé de soutenir 18 projets sur les 46 proposés pour un montant total de 4 397 000 EUR (solde de 2 222 EUR sur 2019). Parmi les 18 projets soutenus figurent 4 coproductions belges, une majoritaire et trois minoritaires.

My Dad is a Sausage d’Anouk Fortunier

Le père de Zoë, une jeune fille introvertie de 11 ans, révèle qu’il a quitté son travail dans une banque pour devenir acteur. Tandis que l’entourage de Zoë est convaincu que son père fait un burnout et que sa mère se demande comment se débrouiller avec un seul revenu, Zoë fait l’école buissonnière pour soutenir son père dans la poursuite de son rêve fou.

Ce long métrage, coproduit par la Belgique (A Private View Bvba), l’Allemagne (Leitwolf Filmproduktion GMBH) et les Pays-Bas (The Film Kitchen), a reçu un financement de Media Development, du VAF, de Telenet et du Tax Shelter. Eurimages accorde 230 000 euros à ce projet.

The man who sold his skin de Kaouther Ben Hania

Après avoir fui la guerre civile syrienne, le jeune Sam Ali rencontre, au Liban, un célèbre artiste contemporain américain. Celui-ci le transforme en véritable œuvre d’art en tatouant son dos. Sa peau suscite l’intérêt des collectionneurs et atteint une somme astronomique sur le marché de l’art, ce qui questionne des activistes des droits humains. L’homme qui a vendu sa peau fait alors face à un dilemme : comment redevenir un homme lorsque l’on est passé du statut de vulgaire sans papier à celui de bien commercial ?

Le quatrième long métrage de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania après Le Challat de Tunis, Zaineb n'aime pas la neige et La Belle et la Meute est coproduit par la France (Tanit Films), la Tunisie (Cinetelefilms) et la Belgique (Kwassa Films). Il a reçu un financement Tax Shelter et 300 000 euros de la part d’Eurimages.

Nayola de José Miguel Ruivo Ribeiro

Le film suit trois générations de femmes durant la guerre civile en Angola : Lelena, Nayola et Luana. Luana, 16 ans, orpheline, se ré-imagine sa mère Nayola.

Ce long métrage d’animation est coproduit par le Portugal (Filmes Da Praça), la Belgique (S.O.I.L. Productions), les Pays-Bas (Il Luster) et la France (JPL Films). Ce projet a reçu 245 000 euros de la part d’Eurimages et est également financé par le VAF et le Tax Shelter.

Otto The Barbarian de Ghitescu Ruxandra

La petite amie d’Otto, un étudiant brillant punk, est morte. Il continue à vivre dans l’espace vide qu’elle a laissé mais, pour survivre, il aura besoin d’affronter sa perte et sa culpabilité.

Cette coproduction entre la Roumanie (Alien Film) et la Belgique (Polar Bear), également financée par le Tax Shelter, a reçu 77 000 euros de la part d’Eurimages.

Pour en savoir plus sur tous les films aidés lors de cette 154e session d’Eurimages, veuillez cliquer ici.