Détail d'une actualité

Suisse - Fédération Wallonie-Bruxelles

La FWB et la Suisse étendent leur accord de coproduction

Ce mercredi 1er mai dans le cadre du Salon du Livre de Genève, la Ministre de la Culture a remis à son homologue suisse l'accord de coproduction cinématographique FWB-Suisse amendé

Cet accord est à présent ouvert aux programmes télévisuels (dont les séries télévisuelles) ainsi qu'à tous les types d'exploitation dont notamment la diffusion via internet. Faisant écho à l'évolution des modes de production et de diffusion, cet amendement modifie profondément l'accord de coproduction cinématographique FWB-Suisse initial, qui portait exclusivement sur les œuvres cinématographiques.

La Suisse est l'un des pays considéré par la Fédération Wallonie-Bruxelles comme prioritaire en matière d'accords bilatéraux de coproduction, les deux communautés collaborant depuis longtemps dans le domaine du cinéma, en ayant par exemple coproduit récemment les films Fortuna de Germinal Roaux et Le milieu de l'horizon de Delphine Lehericey.

Côté Suisse, le protocole amendé a été signé le 4 avril 2019 par Isabelle Chassot, directrice de l'Office fédéral de la Culture. Pour la partie belge, le protocole a été signé le 24 avril par le Ministre-Président Rudy Demotte et Alda Greoli. L'accord de coproduction et le protocole feront prochainement l'objet d'un décret d'assentiment auprès du Parlement de la FWB.

11 accords bilatéraux engageant la Fédération Wallonie-Bruxelles ont déjà été signés, notamment avec l'Uruguay en mai 2018, le Canada en mars 2018, le Chili en mai 2017, les Pays-Bas en février 2016 ou la Chine en 2012. Des accords de coproduction sont en cours avec le Mexique, le Brésil, le Liban, Israël ou encore l’Ukraine et l'Argentine.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a également conclu des accords avec la plupart des pays européens via la Convention européenne de coproduction (Traité 147 du Conseil de l’Europe) et a par ailleurs signé en 2017 la nouvelle convention internationale de coproduction, ouverte aux États non-européens.

Pour rappel, l’établissement d’un accord de coproduction donne aux films et projets audiovisuels coproduits la double nationalité et ouvre aux producteurs l’accès aux ressources disponibles sur le territoire de la coproduction.

À télécharger :