Détail d'une actualité

Jean-Pierre et Luc Dardenne

Le cinéma belge francophone récompensé au festival de Cannes 2019

Prix de la Mise en scène pour Le Jeune Ahmed et Caméra d'Or pour Nuestras Madres

La Cérémonie de remise des prix du Festival de Cannes s’est tenue ce samedi 25 mai.

Le cinéma belge francophone s’y est largement distingué puisque les frères Dardenne repartent avec le Prix de la Mise en scène tandis que César Diaz empoche la Caméra d’Or.

 

Le jeune Ahmed des frères Dardennne

Ce Prix de la mise en scène est la cinquième récompense remportée par les frères Dardenne en huit participations en Sélection officielle (récompenses auxquelles on peut ajouter deux prix d’interprétation pour Émilie Dequenne et Olivier Gourmet). 

Le Jeune Ahmed dépeint, en Belgique, aujourd’hui, le destin d’Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

Le jeune Ahmed est produit par Les Films du Fleuve, en coproduction avec Archipel 35, France 2 Cinéma, Proximus, RTBF (Télévision belge) avec la participation de Canal +, Ciné +, France Télévisions, Wallimage (la Wallonie), la Région de Bruxelles-Capitale. Le film a été produit avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Eurimages, avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, de Casa Kafka Pictures, de Casa Kafka PicturesMovie Tax Shelter empowered by Belfius, en association avec Wild Bunch, Diaphana, Cinéart et BIM Distribuzione. Les ventes internationales sont assurées par Wild Bunch.

Le film est sorti en Belgique (Cinéart) en France (Diaphana) et en Suisse (Xenix) le 22 mai et sortira le 4 juillet aux Pays-Bas (Cinéart).

 

Nuestras Madres de César Diaz 

Présenté à la Semaine de la Critique, section parallèle du festival, Nuestras Madres, premier long métrage du réalisateur belgo-guatémaltèque César Diaz remporte la Caméra d’Or, prestigieuse récompense sacrant le meilleur premier film présenté au festival, toutes sections confondues.

Plus tôt dans la semaine, le film avait déjà reçu le Prix de la SACD et le Rail d’Or, prix des cheminots cinéphiles.

Produit par Need Productions, Nuestras Madres prend place au Guatemala, en 2013. Le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Les témoignages des victimes s’enchaînent. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus. Un jour, à travers le récit d’une vieille femme, Ernesto croit déceler une piste qui lui permettra de retrouver la trace de son père, guérillero disparu pendant la guerre. Contre l’avis de sa mère, il plonge à corps perdu dans le dossier, à la recherche de la vérité et de la résilience.

Ce film a été réalisé avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles (aide au développement et à la production), Proximus, Eurimages, l’Aide aux Cinémas du Monde du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée et de l’Institut Français, Inver Tax Shelter, Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique, Tax Shelter du Gouvernement Fédéral Belge et SACEM.

 

Atlantique de Mati Diop

Atlantique, premier long métrage de la réalisatrice sénégalaise Mati Diop, remporte le Grand Prix.

Le film est coproduit en Belgique par Frakas Productions, avec l’aide du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du CNC, Arte, TV5 Monde, La Région Aquitaine, Visions Sud Est, Ad Vitam, MK2, Fopica, du Fonds Image de la Francophonie, Eurimages et Casa Kafka Pictures.

L’action prend place dans une banlieue populaire de Dakar, où les ouvriers du chantier d’une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l’amant d’Ada, promise à un autre.

Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier.

Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu…